ITW Flash de Jean-Charles Naimi

ITW Flash de Jean-Charles Naimi

Jean-Charles Naimi, Responsable Editorial de Previssima, est membre du Jury des Trophées de l’Assurance 2017. Nous le remercions sincèrement pour sa présence. Vous pouvez retrouver Jean-Charles Naimi sur le web, via son compte Twitter, son compte Linkedin. Nous l’avons interviewé pour recueillir ses impressions.

Quelles sont, selon vous, les grandes tendances des innovations présentées lors de cette édition 2017 des Trophées de l’Assurance ?

On ressent une plus forte envie cette année, de la part des assureurs, de mettre l’innovation au service du dialogue et des relations avec leurs réseaux commerciaux ou leurs équipes internes. Nous remarquons aussi l’arrivée plus franche d’outils utilisant le Big Data et une implication plus marquée dans la prévention des risques.

Pour le reste, on constate un approfondissement des techniques digitales au service de la relation client, mais il s’agit là d’une tendance de fond, débutée il y a plusieurs années avec pour objectif de simplifier la relation client-assureur ou client-conseiller d’assurance. Deux axes majeurs d’innovation se distinguent encore aujourd’hui à ce niveau : la recherche de la rapidité au moment de la souscription et l’amélioration de l’assistance.

Avez-vous été surpris par une innovation ? Pourquoi ?

Oui, par celle d’Axa Justice Prédictive qui permet, à partir d’un algorithme, de retranscrire sous forme de statistiques, les décisions de justice rendues dans un domaine et de connaître ainsi les chances de remporter ou non un procès.

Cette innovation, à mon avis, rassemble à elle seule les deux grandes tendances que j’évoquais précédemment : la volonté d’améliorer les services aux collaborateurs et l’utilisation de la Data. Cette solution pourrait bouleverser progressivement, si elle devait se diffuser dans le grand public, des pans entiers de métiers juridiques et peut-être notre façon d’appréhender le rapport que nous entretenons avec le système judiciaire.

Pensez-vous que l’innovation est une priorité majeure pour le secteur de l’assurance ? Pourquoi ?

Difficile de répondre par la négative à cette question. Je ne pense pas qu’elle soit une priorité majeure pour le secteur de l’assurance en tant que tel, car ce dernier aura toujours sa place dans une société civilisée et développée. Il faudra toujours des porteurs de risques et nous aurons toujours besoin de nous protéger.

Par contre, l’innovation est indispensable pour les organismes d’assurance pris un à un et surtout leurs réseaux de distribution, car sans innovation, certains organismes disparaîtront au profit d’autres entités plus dynamiques issues, pourquoi pas, d’autres secteurs d’activité.

Constatez-vous une accélération significative de la politique d’innovation sur le secteur ?

Il y a beaucoup d’outils lancés et pas mal de communication autour dans les grandes entités. Je n’irai pas à dire que je constate une accélération significative. Je parlerai de progression normale. Dans ma vie privée, je ne constate pas d’innovation renversante dans mes relations avec mes assureurs et je suis pourtant assuré auprès de différentes compagnies. Mais c’est un avis personnel.

Une remarque sur l’assurance-vie qui me semble être au « point mort » en matière d’innovation.

Quand on vous dit innovation dans l’assurance, spontanément vous répondez ?

Digitale. Et c’est peut-être la limite de l’exercice. Trop souvent confondue avec l’Internet et les réseaux sociaux, l’innovation des assureurs est peut-être « noyée » dans la masse des autres innovations digitales. Attention aux gadgets.

L’innovation sur le secteur de l’assurance : quelles sont, selon vous, les priorités ?

Évidemment, ce que je vais vous dire fera moins rêver que le digital. Mais je pense que demain l’innovation doit intervenir en interne dans les politiques de tarification prenant en compte de nouvelles formes de mutualisation, grâce à de nouvelles communautés d’assurés, par exemple.

La démarche préventive doit aussi être accentuée, même si des efforts importants ont été réalisés dans ce domaine. Cela concerne aussi bien l’assurance de personnes que l’assurance dommages.

Enfin, la véritable innovation serait de simplifier la rédaction des contrats, nettoyer les clauses sujettes à interprétations, revoir les politiques d’exclusions de risques… La vraie innovation serait finalement d’arriver à ce que les assurés comprennent leurs garanties, sinon, leur sentiment de défiance vis-à-vis du secteur perdurera. Je serai content de voir des innovations majeures dans ce domaine, voire pourquoi pas des applis qui vous permettent finalement de répondre à une question toute simple : suis-je, dans ma situation ou dans mon cas, assuré ou pas ?

Votre dernière rencontre avec l’innovation, c’était quand et où ?

Au TDAY Insurance, au mois de juin dernier, lors de la table ronde que j’ai eu le plaisir d’animer avec la Fédération nationale des agents généraux d’assurance (AGEA). Nous avons pu débattre et mettre en exemple les bonnes pratiques des applications numériques sur le terrain développées par les agents d’assurance.

Je crois en la complémentarité du numérique et du conseiller de proximité dans la chaine de valeur de l’assurance. L’un n’ira pas sans l’autre, sauf à la marge peut-être.

Merci Jean-Charles.

Suivez-nous sur Twitter : @Les_Trophees et #TropheesAssurance

Les Trophées de l’assurance sont organisés par  @LAMBIJOUEmma & @jeanlucgambey

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le réglement

Réglement candidatures




Format WORD

Dossier de candidature
  • Fiche de candidature :
  • Nous attirons votre attention sur le fait que cette fiche de candidature est présentée aux membres du Jury sans aucune modification.




Format PDF

Dossier de candidature
  • Fiche de candidature :
  • Nous attirons votre attention sur le fait que cette fiche de candidature est présentée aux membres du Jury sans aucune modification.